Page actualisée le:
ARNOS


Population totale : 68

Maire : PEDEGERT Alain

Conseillers municipaux:

ARTIAQUE Patrice

CHEROUX Mireille

MARTEAU Christophe

PEDEGERT Yves,

SAYAVONG Sayasack,

TEULE Danièle


Téléphone de la Mairie : 05 59 81 43 04

Permanence :

le mardi de 14 h 30 à 16 h 30

le vendredi de 9 h 00 à 12 h 00.

Secrétaire : Charlie RAYNEAU

Arnos fait partie de la région agricole des coteaux du Béarn, elle se situe à environ 30 Km de Pau et 25 Km d’Orthez, elle est traversée par la départementale 276. La commune s’étend dans une vallée, prolongement de la plaine du Pont long et Gers ; et en partie dans les coteaux au sud où sont implantées les habitations. Elle est traversée par trois ruisseaux : le Lech et l’Aubin à flanc de coteaux et par Lasgrabe sur la plaine. 

C'est une commune rurale de 68 habitants pour 569 hectares. Sa population a fluctué de 1962 à 1990 pour passer de 71 habitants à 68, baisse de 3 %. 60 % de la population active d’Arnos travaille sur la commune, les emplois se situant essentiellement dans l’agriculture.

Un regroupement pédagogique ( ABCD) entre Arnos, Boumourt, Castillon d’Arthez, Doazon a permis de conserver trois écoles primaires sur l’ensemble des communes. Un ramassage scolaire est organisé par un mini bus.

Sur le recensement de Gaston Fébus de 1385 il est fait mention d’un abbé «l’abat d’Arnos». On peut remarquer que la maison proche de l’église porte le nom de Labat.

Le titre de l’église est : l’Assomption de la très bienheureuse mère de Dieu. La décoration classée de l’église peut être datée du XVIIéme siècle, elle comprend :Un tableau représentant l’Assomption, Deux colonnes torsadées, Deux statues en bois doré.

HISTORIQUE 

Arnos se prononce [arnus], il contiendrait l’ anthroponyme gaulois présent dans Arnac(Cantal, Drôme),Arnay(Côte d’Or),Anago,Arnate, et Arnamo(Italie). La présence de l’homme sur les terres d’ARNOS remonte à l’age de fer si l’on en croit la présence de « tumuli » sur les parcelles dites « tucous », où des vases funéraires ont été mis à jour et datés de l’époque chalcolitique, également la découverte de camps gallo-romains sur des lieux proches, appelé « castera ».

La patronne du village est Marie. Le village est à habitat dispersé. La plupart des maisons sont réparties le long de chemins communaux qui gravit la colline.

Bibliographie :

Michel GROSCLAUDE dictionnaire toponymique des communes du Béarn, 1991
G. FABRE, A. LUSSAULT, Carte archéologique de la Gaule, des Pyrénées Atlantiques
LABORDE-BALEN, ROB DAY, Le chemin de St-Jacques du Puy-en Velay à Roncevaux par le GR65, 1993

 

 

Haut de page